386 views 0 comments

Allo RKK, ici la tour de contrôle…

by on 4 mai 2015
 

Unknown

Beer Carson revenu de son trip de l’Ouest pour un hommage à Rémy , alias ou le « connexioneur », disparu il y a quelques jours du côté Brest. Vous avez connu « l’inspecteur La Galette » sur le contrôle diskal ? Rémy pour moi, c’était une voix sur , une culture musicale gigantesque et généreuse, ouverte sur le monde et toutes ses musiques… un symbole de paix à lui tout seul. Des mecs comme ça, ça mérite la légion d’honneur. Emmanuel Valls, repose ce disque de Serge Lama et vient voir un peu ici, trou de balle! RKK, c’était un vrai messager, un gardien, un transmetteur, un de ces rares mecs qui donne tout pour sa passion : la sienne c’était la musique. Parce que la musique adoucie les mœurs, pète les frontières et donne envie de s’enfiler des coupes de champagnes en se disant que la vie est juste belle… Alors je ne vais pas me perdre sur une biographie puisqu’elle est partout sur le net et que moi je le connaissais pas des masses, RKK… Je vais juste vous distiller quelques petites pépites que ce bienfaiteur à l’allure louche (un croisement entre Roberto Rastapopoulos, un pingouin perdu dans le 18e Arrondissement et le Danny de Vito de la période « Y-a t’il quelqu’un pour tuer ma femme ? »), m’a fait découvrir et qui ne m’ont jamais quitté depuis…

 

ça commence avec ça, ça vient du Brésil… Caetano Veloso. Merde c’est beau.

 

Chico Buarque, Brésil encore. Ce morceau parle d’un paysan monté à la ville pour gagner sa vie en travaillant sur des tours… et y mourir. Un des plus beaux morceaux de tous les temps. L’orchestration, la tension dramatique jusqu’à l’asphyxie comme dans un polar, la tristesse palpable, le caniar… On y est.

Ce morceau, je l’ai vraiment découvert sur un contrôle discal du pépère… Gil Scott-Heron, le solo d’orgue, les deux monstres sacrés…

La der, un peu particulière, le soir où un Beer Carson marabouté croisait RKK au défunt Tryptique, à cette époque où Paris ne puait pas encore trop la Hype… venait de jouer avec tout un tas de guest dont … Gros concert, ambiance décontracté, l’alcool était pas trop cher et on pouvait encore fumer des blondes à l’intérieur… J’ai reconnu Rémy à sa voix, le mec taillait le bout de gras avec Sandra Nkaké, malin…

Je m’arrête là.

La caverne du RKK était infinie.

Merci RKK…

Opt In Image
Tu veux devenir le King de la playlist ?

Une seule solution : inscris-toi à la newsletter du Barbu’s Show !



  • T’en reçois qu’une par semaine donc ça encombre pas des masses ta boîtes aux lettres !
  • C’est gratuit évidemment !
  • Tu te désinscris quand tu veux (mais on versera une larme quand même)

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

Leave a Response