467 views 8 comments

Comment réussir la bande-son de sa campagne électorale ?

by on 25 février 2014
 

le-bb-Show-Tranquille

Nico, François, Jean-Luc, je sais que vous vous retournez la nuit en suant à grosses gouttes en pensant à cette question : « Comment réussir la bande-son de ma campagne électorale ? ».

Soyons franc, aujourd’hui faire réfléchir l’électeur, ça le fait chier et ça vous contraint à niveler le fond au niveau du populisme du plus bas étage. Je sais, c’est pas facile mais passé les deux trois platitudes qu’on est en droit d’attendre dans une démocratie bananière, votre électeur se fait la malle, va liker deux, trois funny cats sur Facebook et s’en va se faire une omelette pendant que vous nous cassez les oeufs.

Ce qui vous manque en un mot comme un cent, c’est votre Original Sound Track hollywodienne, votre élan en do majeur, vos aspirations en fa mineur, votre caribou en si bémol !

N’écoutant que ma hardiesse la plus couarde, moi, El Liberator, enfile mon costume de consultant es de communication appliquée à coups de pinceau en adamantium et vous livre les secrets de la conquêtes des urnes municipales !

1 – La constitution de l’équipe

Bon, je t’arrête tout de suite ; si tu penses convaincre les gens de te suivre dans une débâcle assurée par tes idées révolutionnaires, t’as tout faux. Fais les rêver, vend leur de l’espoir, du charme, parle leur d’évasion, de voyage, de grandeur.

2 – La création du programme et autres échanges d’idées à la kalachnikov

Tu pensais arriver, tapant du poing sur la table, invectivant ton idéologie à une bande de moutons de Panurge sans coup férir. Mouhahahaha, quel jeune candide tu fais ! Ça va plutôt ressembler à ça (et on t’en félicite) :

3 – la proclamation de ta candidature

Là, il faut être conscient que le culte de l’autre et la démocratie sont morts quelque part en 72. Maintenant, on vogue en plein dans l’hypertrophie de son moi, et plutôt physique si affinités.

4 – La distribution de tracts

Restons serein : il n’y a que toi qui comprend ce qu’il y a écrit sur tes tracts en arial 6. Tu vas devoir déployer des trésors de pédagogie vernaculaire pour tenter de rameuter le chaland.

5 – La réunion avec tes militants

Tu n’auras pas tous les jours l’occasion de te faire mousser, alors fais péter les watts et profites !

6 – La réunion publique

Bon là, c’est nettement moins simple, voire vachement plus compliqué. Si tu as de la chance et que tes électeurs ont picolé avant, tu arriveras peut-être à la deuxième partie du morceau.

7 – Le collage d’affiche

Le titre parle de lui-même ou alors… achète de la colle néoprène fixation béton.

8 – Le débat avec tes adversaires

Range ton sens moral, ton éthique et tes tics-tacs, et balance des skeuds bien sentis de préférence sans aucun rapport avec la campagne. Limite-toi au faciès et à la famille. Ça devrait marcher tout seul.

9 – L’attente des résultats

Trop souvent, tu penses que les dés sont jetés à cet instant. Et là, je m’insurge ! Il reste encore l’essentiel : le chantage des membres du bureau électoral, le bourrage d’urne, les électeurs fictifs, etc.

10 – Happy Ending (or not…)

Dans tous les cas, vous finirez tous par noyer ce bonheur ou ce chagrin dans un godet !

http://www.youtube.com/watch?v=JZk6vwko6_k

Opt In Image
Tu veux devenir le King de la playlist ?

Une seule solution : inscris-toi à la newsletter du Barbu’s Show !



  • T’en reçois qu’une par semaine donc ça encombre pas des masses ta boîtes aux lettres !
  • C’est gratuit évidemment !
  • Tu te désinscris quand tu veux (mais on versera une larme quand même)

comments
 
Leave a reply »

 
  • Baba MONK
    Baba MONK
    25 février 2014 at 10 h 56 min

    Je sens que je vais aller coller quelques tracts :
    « EL LIBERATOR Président !! »

    Répondre

  • Bigloo
    26 février 2014 at 22 h 55 min

    Ah El LIberator, doux rêveur, on n est pas sérieux quand on a trente et quelques années: tu sussures, t invoques , tu sublimes, t irradies, bref : tu poétises! Moi je te propose un cours de langue de bois, capable d emporter l adhésion de tout quidam normalement inconstitué :
    soit 4 séries d  » éléments de langage » , chacun contenant plusieurs propositions; le jeu consiste a choisir un élément de la 1er série, puis d enchainer avec un élément de la 2eme , puis de la 3e et la 4e et de recommencer avec la 1er et ainsi de suite. Parait que ça sort de l ENA
    Serie1 :
    Mesdames, messieurs,
    Je reste fondamentalement persuadé que
    Dès lors, sachez que je me battrai pour faire admettre que
    Par ailleurs, c’est en toute connaissance de cause que je peux affirmer aujourd’hui que
    Je tiens à vous dire ici ma détermination sans faille pour clamer haut et fort que
    J’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler ?), défendu l’idée que
    Et c’est en toute conscience que je déclare avec conviction que
    Et ce n’est certainement pas vous, mes chers compatriotes, qui me contredirez si je vous dis que

    Serie2 :
    la conjoncture actuelle
    la situation d’exclusion que certains d’entre vous connaissent
    l’acuité des problèmes de la vie quotidienne
    la volonté farouche de sortir notre pays de la crise
    l’effort prioritaire en faveur du statut précaire des exclus
    le particularisme dû à notre histoire unique
    l’aspiration plus que légitime de chacun au progrès social
    la nécessité de répondre à votre inquiétude journalière, que vous soyez jeunes ou âgés,
    Serie3 :
    doit s’intégrer à la finalisation globale
    oblige à la prise en compte encore plus effective
    interpelle le citoyen que je suis et nous oblige tous à aller de l’avant dans la voie
    a pour conséquence obligatoire l’urgente nécessité
    conforte mon désir incontestable d’aller dans le sens
    doit nous amener au choix réellement impératif
    doit prendre en compte les préoccupations de la population de base dans l’élaboration
    entraîne une mission somme toute des plus exaltantes pour moi : l’élaboration
    Serie4 :
    d’un processus allant vers plus d’égalité.
    d’un avenir s’orientant vers plus de progrès et plus de justice.
    d’une restructuration dans laquelle chacun pourra enfin retrouver sa dignité.
    d’une valorisation sans concession de nos caractères spécifiques.
    d’un plan correspondant véritablement aux exigences légitimes de chacun.
    de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires.
    d’un programme plus humain, plus fraternel et plus juste.
    d’un projet porteur de véritables espoirs, notamment pour les plus démunis.

    Répondre

  • El LIBERATOR
    El LIBERATOR
    26 février 2014 at 23 h 01 min

    oui, mais est-ce que le bien-être améliore les indicateurs inéluctables du groupe ou bien l’amour transfigure les événements analytiques de l’éducation ? Je pense que c’est la question…

    Répondre

  • Bigloo
    26 février 2014 at 23 h 03 min

    bon d accord : soit mériterait d être mulptiples: soit donc soient

    Répondre

  • Bigloo
    26 février 2014 at 23 h 14 min

    N essaies pas de noyer le poisson dans la friture, et , je te signale que l éducation du groupe n a jamais empêché l amour de l éducation : CQFD !

    Répondre

  • El LIBERATOR
    El LIBERATOR
    26 février 2014 at 23 h 15 min

    Sauf que j’ai depuis longtemps (ai-je besoin de vous le rappeler ?), défendu l’idée que le particularisme dû à notre histoire unique interpelle le citoyen que je suis et nous oblige tous à aller de l’avant dans la voie d’un processus allant vers plus d’égalité !
    C’est beau… La vacuité textuelle, et ça marche !
    Merci Bigloo, je vais lancer ma campagne du coup 🙂

    Répondre

Leave a Response