407 views 5 comments

Eloge de la communication entre « amis » à l’intérieur d’un réseau social (FB)

by on 27 février 2014
 

On dit souvent que les réseaux sociaux ont littéralement ouvert les terres fertiles de la communication avec nos proches, nos amis, nos connaissances… C’est totalement stupide.

Parce que s’il est devenu simple comme bonjour d’informer le monde de ce que nous avons mangé au petit déjeuner, de partager une photo de son chien ou encore d’envoyer un message clair et limpide sur notre mur du genre : aujourd’hui bibi est content, il est en revanche beaucoup plus ardu de poster sur son mur un vulgaire mais néanmoins philosophique  : à quoi sert-il de vivre si c’est pour se faire chier ?
On ne peut pas ! C’est impossible car dans l’explosion d’amour universel de notre réseau nous avons cru bon d’inviter et d’accepter les invitations des amis très proches, des moins proches, de la famille, des collègues de boulot,  des inconnus bien sympathiques rencontrés à une soirée, des potes de potes, des potes de collègues, des parents de potes, des enfants de potes de potes, etc.. etc… mon pote / ma pote…

Nous arrivons donc avec 342 amis ce qui fait tout de même du monde à inviter pour son anniversaire et voilà le gros dilemme, car il est hors de question, maintenant que nous sommes tous à table, de balancer à la cantonade « Oyez, oyez, mes 342 amis, en plus d’être aller à la piscine ce week-end, il faut que je vous dise, Dieu est un fromage ! « 

Ohoh ! Hé oui nous sommes complètement paralysés dans notre communication parce que nous avons trop d’amis. (appendice 1)

Face à cette situation, parfaitement insupportable, moi Baba Monk, modeste théologien des déités éléctroménagères, je vous propose deux solutions :

– La première consiste à faire le ménage dans vos amis. Cela peut être assez délicat mais s’avérera fort récréatif.  L’idéal étant d’arriver à enlever tous ces parasites afin d’atteindre l’ultime inutilité d’un réseau social, à savoir, être le seul membre de son réseau !  Ainsi vous pourrez discourir à loisir de tous ces sujets, qui ennuient les autres, avec vous même : «  Dieu est un fromage. – A qui le dis tu ! – Mais cela n’induit-il pas une odeur de Dieu? – Bonne question, il conviendrait donc d’aborder l’idée de sa croûte ? –  Hmm… il parait  cependant que les voies du seigneur sont impénétrables..  »

Vous aurez atteint l’ultime liberté : la solitude. Cette première solution risque néanmoins de ne pas satisfaire totalement votre soif de communication interactive, et peut en outre faire de vous une sorte de cochonnerie alcoolique et déviante : un écrivain.

– La seconde, qui est évidemment la plus épanouissante, consiste à vous inscrire sur le Barbus Show afin de pouvoir enfin, sous l’œil bienveillant de notre censure éclairée, vous exprimer librement !

Vous pouvez bien sûr faire les deux.

Sur ce, mes amis, longue vie aux réseaux sociaux  !

appendice 1 :

Il est néanmoins possible de poster ce que vous avez vraiment envie de dire si votre réseau est très fourni car personne ne le remarquera, tout cela étant noyé dans la masse des post  :

Brigite : Pas contente ce matin ! (18 commentaires, 2 like))  / Paul : photo de son déjeuner (25 like + 7 commentaires) / Marie : Qui a vu la saison 5 de Dexter ? (12 commentaires, 3 like) / Jo : a changé la photo de son profil (7 like, 5 commentaires) / Toi : Dieu est un fromage qui groove de moins en moins (tout le monde s’en branle) /  Tony : Au bled en famille (17 like, 14 commentaires) / Francesca : Pétition pour la reconnaissance des droits civiques des oursins (5 partages) ..

Opt In Image
Tu veux devenir le King de la playlist ?

Une seule solution : inscris-toi à la newsletter du Barbu’s Show !



  • T’en reçois qu’une par semaine donc ça encombre pas des masses ta boîtes aux lettres !
  • C’est gratuit évidemment !
  • Tu te désinscris quand tu veux (mais on versera une larme quand même)

comments
 
Leave a reply »

 
  • Jo
    4 mars 2014 at 19 h 22 min

    Absolument génial ! BRAVO !!!

    Répondre

  • BeerCarson
    BeerCarson
    5 mars 2014 at 22 h 33 min

    Cher Baba, me voilà de retour en France et c’est avec une certaine émotion que je retrouve ma porte d’Aubervilliers et ma voisine Maria, celle qui parle aux boîtes de Mac Fish… Saches cher Baba, que nous sommes tout à fait sur la même longueur d’onde. Voilà quelques semaines que ma prose avinée et délirante est couverte par le bruit du périphérique, que personne ne peux m’entendre d’ici, et que cela est très bien comme ça…. Pour ma part, je pense que le réseau social ressemble beaucoup à la constellation de bagnoles juste en bas de chez moi qui gravitent sans véritable but autour de Panam comme dans le 5e cercle de Dante. Personnellement, je pense que la meilleure chose à faire serait de tout éteindre et de repartir à zéro. Imaginons par exemple que l’on éteigne le périph et toutes ses caisses et que des millions de « faces de bouc » se rejoignent avec leur boutanches pour picoler, (puisque nous en sommes là!), chanter, sauter sur les bagnoles (notemment les plus moches, je pense à la Multipla par exemple) échanger et préparer ce que j’appellerai la grande révolution culturelle du 21e siècle. En clair, et je ne passerai pas par quatre chemins, et de toute façon, le bruit de toutes ces bagnoles continue à couvrir ma voix et il n’y a personne pour m’entendre, se mettre la race une bonne fois pour toute, tous ensemble et transformer cette énorme cuite aussi décadente qu’euphorisante en véritable prise du pouvoir ! Je m’explique, l’alcool donne des ailes, jusqu’à un certain point en tout cas, je ferai l’impasse sur toutes les soirées où le brevage ne m’aura pas emmené plus loin qu’à une cuvette de chiotte d’un bar sordide ou sur le tarmac d’un caniveau… Car cher Baba peu importe où part ton enveloppe, ton esprit voyagera et le voyage est le début de la révolution, le moment d’extase te permettant de réaliser que si Dieu est un fromage, ta vie est au mieux un fromage industriel sans goût avec du vrai lait de vache en plastique dedans, au pire une tartine de merde. A partir de là, tout est possible Baba Monk, quand ces « faces de bouc » réaliseront tous ensemble au même moment qu’une vie bien plus belle est possible, ils mesureront la puissance d’un peuple, qui plus est complètement bourré donc sans limite, alors le bordel s’enclenchera et le monde se renversera ! Que deviendront le Cac 40, les partis politiques actuels, les twitts écrits d’un job que l’on éxecre et les gros mass medias sinon du pipi de soulards? Les rêveurs reprandront
    la main.
    A vos bouteilles!

    Répondre

    • Baba MONK
      Baba MONK
      7 mars 2014 at 9 h 43 min

      Beer mon ami, je dois te dire que ton post m’a mis du baume (de Venise) au coeur et des visions de bacchanales géantes dans l’esprit. Je vois clairement ce que tu me décris et je pense reprendre ton idée dans mon futur programme pour garder la mairie du Barbus Show contre El Liberator qui va tenter de me renverser ! Alors Beer tiens toi prêt ! La révolution éthylique est en marche : Gloire à l’ivresse des rêveurs !!

      Répondre

      • Beer Carson
        Beer Carson
        7 mars 2014 at 19 h 30 min

        Ne t’inquiète pas pour ta réélection Baba Monk, j’ai toute une artillerie d’arguments honteusement démagogiques et une armée de « zeks » russes prêts à tout au cas où les choses tourneraient mal. Mais pour commencer, n’oublies pas que l’une des clés de ta réélection, en dehors de la distribution gratuite d’un fût de bière et d’une boîte de Doliprane pour chaque votant perspicace, sera le mensonge éhonté et la mauvaise foi assumée à l’image de ce bon vieux Vladimir spécialisé lui dans les déclarations du type « Bien sûr, je suis un pur et absolu démocrate. (…) Depuis la mort du mahatma Gandhi, je n’ai plus personne à qui parler. »
        De toute manière, à force d’être aveugle, le peuple a besoin d’être guidé alors…

        Répondre

Leave a Response