461 views 0 comments

Tous Schuss vers l’Enfer… à moins que…

by on 22 avril 2017
 

Alors ça y est, à force de rester collé devant ton écran et d’avaler toutes ces saloperies, tu as les yeux qui saignent, les oreilles qui pleurent et tu ne sais plus qui tu es ni ce que tu veux. Ça fait un petit moment déjà que tu as l’impression d’être à côté de tes pompes et que tous ces trucs te pompent le cerveau. Tu ne te rappelles pas avoir ouvert la porte il y a deux nuits, pourtant quelqu’un a bien dégueulé sur les derniers rêves qui te restaient, les traces sont là, encore fraîches. L’odeur te monte au nez mais tu vas t’en tirer. Débranche.

C’est presque calme ce matin, il y a moins de bruit. Tu entends encore leurs voix mais ça s’est calmé. Alors profite de la journée pour sortir de ton trou. Dehors, ça pleut un peu. Des larmes de doutes. Le ciel a perdu toutes ses couleurs mais au moins ils l’ont laissé vierge. Parce que tu essaies bien de penser à autre chose mais elles te tiennent ces putains d’affiches, toutes aussi laides les unes que les autres, il y en a partout, la ville en est couverte.

Et qu’est-ce qui te forcerait à faire confiance à des types qui ont un pareil goût de chiotte ? C’est tout ce qu’on mérite ? Les mecs prennent même pas la peine de te faire envie, d’enrober leur merde dans un joli papier, c’est terne et ça se voit. Alors qu’est-ce qu’on fait ? Mon avis, c’est que tous ces petits bouts de papiers dans des boîtes ne vaudront jamais une édition poche de John Kennedy Toole ou de Jim Harrison. Parce que que je mélange tout ? C’est possible mais on s’en fout…

Ce qui doit être dit, c’est que ces petits bouts de papelars qu’on te forcera à glisser dans des fentes au nom d’un sursaut démocratique ne vaudront jamais l’union d’un peuple. La vraie. Dans le cœur et dans l’Acte. Il y en a bien certains qui essaient de nous rassembler plutôt que de nous diviser et c’est tant mieux – et ils auront le billet de Beer Carson – mais ce qui compte vraiment, c’est de rester groupé. Et le jour où les pauvres de toutes les couleurs, blancs, noirs, jaunes et verts comprendront qu’ils se ressemblent tous et qu’ils ont tout à gagner à s’associer, alors la poignée de fils de pute qui est en haut depuis des siècles aura du soucis à se faire et j’espère encore être là pour voir ça.

On va s’en tirer, il faut juste continuer à aller voir ce qui passe dehors, ou ailleurs, à se parler et vivre ensemble, loin de la terreur commanditée et irrationnelle. Ne laisser personne penser et décider à notre place.

On se rassemble et on partage l’émotion, la vraie, celle qui nous rendrait fière d’être ce qu’on est, celle de la beauté et de l’hymne à la joie. Ce bon vieux Ludwig Von rêvait déjà d’unir les hommes à travers sa musique céleste, d’autres musiciens l’ont fait aussi depuis. La vie pourrait être un immense concert plutôt qu’un voyage sur la ligne 13. Et merde, aimons-nous vivant, comme le disait déjà le grand François Valéry. Et tout ira bien.

Alors on se retrouve tous ce matin au Ballroom avec Ella et Louis pour écouter Stompin’ at the Savoy et se réconcilier avec l’humanité toute entière et sa capacité à toucher la grâce… quand elle regarde un peu dans la bonne direction.

Opt In Image
Tu veux devenir le King de la playlist ?

Une seule solution : inscris-toi à la newsletter du Barbu’s Show !



  • T’en reçois qu’une par semaine donc ça encombre pas des masses ta boîtes aux lettres !
  • C’est gratuit évidemment !
  • Tu te désinscris quand tu veux (mais on versera une larme quand même)

Be the first to comment!
 
Leave a reply »

 

Leave a Response